Logo
Ces merveilles qui nous entourent…

Ces merveilles qui nous entourent…

20-06-2017 à 23:27:04

La beauté n’est pas visible uniquement dans les œuvres exceptionnelles et ne se limite certainement pas au contenu des musées, j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire. Aujourd’hui, je voudrais attirer votre attention sur toutes ces constructions qui accompagnent notre quotidien et sans lesquelles nos villes et villages ne seraient pas ce qu’ils sont. Je vous lance un défi : essayez d’imaginer un environnement sans églises, chapelles, halles et châteaux ? Ce serait certainement bien triste.

Souvent, ce sont les seuls bâtiments anciens qui nous restent. Mais, alors que ceux qui les ont voulus, ceux qui les ont bâtis, ont disparu depuis longtemps, ces témoins demeurent. Vous remarquerez qu’ils n’ont pas été construits pour vingt ou cinquante ans, mais pour cinq cents, huit cents, voire mille ans ! Nos ancêtres ne pensaient pas à court terme, mais voyaient loin… Pourtant, ils ne disposaient pas des moyens techniques qui ont été mis au point par le génie humain au cours des siècles. Pierres taillées à la main, hissées sans l’aide précieuse des grues motorisées, plans sans informatique…

 

Église Notre-Dame-de-l’Assomption (XIIe et XVIIe siècles) – Bidarray (Pyrénées-Atlantiques

 

Fort La Latte (XIVe au XVIIe siècles) – Plévenon (Côtes-d’Armor)

 

Parfois, seules des ruines subsistent, comme c’est le cas de châteaux forts devenus inutiles lorsque la paix a été acquise à l’intérieur du royaume de France. Les utilisations peuvent changer, montrant l’adaptation aux besoins. Le plus souvent, l’affectation traverse les siècles, comme les églises qui accueillent toujours la prière des fidèles.

Nous sommes des héritiers, des héritiers heureux. Nous en rendons-nous compte ? Les étrangers qui visitent notre pays sont souvent touchés de la quantité et de la variété des « vieilles pierres » qui s’offrent à leurs yeux, signe qu’ils sont touchés par tant de merveilles. Sommes-nous tellement blasés que nous serions devenus incapables de nous rendre compte de la beauté de notre héritage ? Ou  sommes-nous au contraire reconnaissants à ces bâtisseurs qui ont façonné nos villes et nos paysages ? Y penserez-vous lors de vos promenades et visites de vacances ? Promis ?

Sophie Roubertie

 

Actuailes n° 72 – 21 juin 2017




Imprimer