Logo

Colonel Arnaud Beltrame : un héros digne des chevaliers

04-04-2018 à 06:55:01

Bien loin des stars éphémères du cinéma, de la télévision ou de certains sportifs, le colonel Arnaud Beltrame est un véritable héros. À l’image des chevaliers d’antan, des poilus de la Première Guerre mondiale ou des combattants de la Seconde, il n’a pas hésité à se sacrifier pour sauver la vie d’une mère de famille prise en otage.

Né le 18 avril 1973, Arnaud Beltrame effectue son service militaire en tant qu’officier en 1995 avant de rejoindre l’École militaire interarmes de 1999 à 2001. Sorti major de sa promotion, il choisit de servir dans la gendarmerie et rejoint l’École des officiers de gendarmerie dont il sort à nouveau major en 2002. Il rejoint l’escadron 16/1 du groupement blindé de gendarmerie mobile à Satory (à côté de Versailles) où il prend le commandement d’un peloton d’engin blindé. En 2003, il rejoint l’escadron parachutiste d’intervention de la gendarmerie nationale (EPIGN) après une sélection particulièrement difficile (sept sélectionnés pour quatre-vingts candidats). Au sein de cette unité, il effectue une mission en Irak en 2005 au cours de laquelle il participe à l’exfiltration périlleuse d’une ressortissante française. En 2006, il prend le commandement d’une compagnie de sécurité et d’honneur au 1er régiment d’infanterie de la Garde républicaine, puis commande de 2010 à 2014 une compagnie de gendarmerie départementale à Avranches (Manche). Après une période d’études, il est nommé officier adjoint de commandement au groupement de gendarmerie de l’Aude. C’est à ce titre qu’il est intervenu lors de l’attaque du supermarché de Trèbes et qu’il a négocié avec le terroriste pour prendre la place de la femme retenue en otage.

Ce geste héroïque a eu un fort retentissement en France et à l’étranger. Le président de la République, Emmanuel Macron, a ainsi déclaré qu’Arnaud Beltrame méritait le « respect et l’admiration de la nation tout entière ». Des personnalités comme le président américain Donald Trump ou le pape François lui ont également rendu hommage.

Une cérémonie d’hommage national est organisée le 28 mars. Sur le trajet du Panthéon jusqu’aux Invalides, son cercueil est escorté par des motocyclistes de la Gendarmerie nationale et la Garde républicaine à cheval. Durant l’éloge funèbre, Emmanuel Macron souligne que « le nom d’Arnaud Beltrame devenait celui de l’héroïsme français, porteur de cet esprit de résistance qu’est l’affirmation suprême de ce que nous sommes ».

Puisse ce geste rappeler à notre société que la grandeur, le don de soi et l’héroïsme sont des valeurs qui ont constitué l’histoire de notre pays !

François Senlis

  Actuailes n° 83 – 4 avril 2018

 




Imprimer