Logo
Elections sénatoriales

Elections sénatoriales

19-09-2017 à 20:12:45

Pour la première fois dans la Ve République, les élections présidentielles, législatives et sénatoriales ont lieu la même année. En effet, la moitié des sénateurs seront élus le 24 septembre. Actuailes vous en explique le principe et les enjeux.

 

Qu’est-ce que le Sénat ?

Le Sénat forme, avec l’Assemblée nationale (où siègent les députés), le Parlement français qui vote les lois. Son président est le deuxième per-sonnage de la République française, car il remplace le président de la République en cas de décès ou de démission. L’actuel président du Sénat est Gérard Larcher, membre du parti Les Républicains.

La France compte 348 sénateurs, élus pour un mandat de six ans par les grands électeurs. Ces derniers représentent les villes (les maires et les conseillers municipaux), les départements (les conseillers généraux) et les régions (les conseillers régionaux). Les députés et sénateurs déjà élus font également partie des grands électeurs.

Le renouvellement des sénateurs se fait par moitié tous les trois ans. Le 24 septembre prochain, la moitié des 150 000 grands électeurs éliront donc 171 sénateurs, dont les sièges sont répartis dans trente-huit départe-ments : ceux compris entre 37 (Indre-et-Loire) et 66 (Pyrénées-Orientales), les départements de l’Île-de-France, quatre départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, La Réunion, Mayotte) et deux collectivités d’outre-mer (Saint-Pierre-et-Miquelon et Nouvelle-Calédonie). En raison de la démission du sénateur du dépar-tement de Savoie, son siège doit également être renouvelé.

Quels sont les enjeux de cette élection ?

Pour pouvoir mettre en œuvre son programme qui prévoit de réformer la Constitution (le texte juridique le plus important en France, duquel découlent tous les règlements et les lois), le président de la République, Emmanuel Macron, a besoin d’avoir la majorité au Parlement (Assemblée nationale + Sénat), c’est-à-dire les trois cinquièmes des membres qui lui sont favorables. Cela représente 555 sièges de parlementaires. Actuellement, 400 députés et seulement 29 sénateurs sont acquis à sa cause. Pour arriver à ses fins, il lui faudra donc convaincre 126 sénateurs supplémentaires parmi les nouveaux élus.

Selon des spécialistes, ces élections pourraient constituer le premier échec du mouvement d’Emmanuel Macron, La République en marche (LREM), car la plupart des grands électeurs n’en font pas partie. Il sera intéressant de voir à quelle place ce mouvement se classera et surtout de découvrir qui aura la majorité au Sénat qui est, traditionnellement, plutôt situé à droite politiquement.

 

Le savais-tu ?

Le nombre de candidats convoitant les 171 sièges de sénateurs a atteint un record pour ces élections : 1996 personnes se présentent cette année, soit 200 de plus qu’en 2014.

 

 Actuailes n° 73 – 20 septembre 2017

 




Imprimer