facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Jeune fille à la baguette Camille Pissarro (1830-1903)

Jeune fille à la baguette Camille Pissarro (1830-1903)

09-05-2017 à 23:37:23

Carte d’identité de l’œuvre

Date : peint en 1881

Taille : 81 x 65 cm

Technique : Huile sur toile

Lieu d’exposition : Musée d’Orsay

Impressionnisme

Ses pieds, légèrement écartés, pendent négligemment du talus sur lequel elle se repose. Appuyée sur un coude, elle est assise, à demi allongée, on pourrait presque croire qu’elle va glisser. On imagine qu’elle est au bord d’une rivière, mais rien ne vient réellement confirmer cette sensation, si ce n’est, justement, la pente du terrain qui l’accueille pour ce temps de détente. A-t-elle ramassé ou taillé une baguette pour jouer à la surface de l’eau ?

La lumière, adoucie par les feuillages, arrive de la gauche du tableau. Pissarro a représenté ombres et lumières sur l’herbe et le personnage par des taches de couleurs plus que par une précision extrême du dessin. Il réussit ainsi à transcrire une atmosphère chaude de sous-bois.

 

Toute une variété de verts et de jaunes s’offre à nos yeux, nous laissant imaginer un paysage de campagne tranquille. C’est ce jeu avec les impressions qui a valu à l’artiste d’être considéré comme le premier des impressionnistes1. Un tronc d’arbre apparaît en limite du tableau et participe au cadre qui entoure la scène. Le visage, très doux, est dans l’ombre légère du fichu à carreaux blanc et rouge (du même rouge que les bas) sans que ce voile vienne assombrir la scène.

 

   Observez la chemise. Est-elle vraiment noire ?  Elle l’est, certes, mais, pour en rendre les reflets, le peintre y mêle bleus, blancs, gris et jaunes. Quant à la jupe, nous la voyons bleue, mais il s’agit, là aussi, d’une subtile juxtaposition de couleurs.

 

Rien ne vient troubler ce moment paisible, la jeune fille profite tranquillement du moment présent, ce que traduit son regard perdu dans sa rêverie. Avec ce sujet tout simple, Pissarro nous offre un moment d’une grande poésie.

 

 

1 C’est bien le tableau de Claude Monet, Impression soleil levant, qui a donné son nom à l’impressionnisme (cf. Actuailes n° 22), mais il s’avère que le premier à avoir utilisé les techniques dites impressionnistes est Camille Pissaro. C’est d’ailleurs l’intitulé de l’exposition qui lui est consacrée…

 

Actuailes n° 69 – 10 mai 2017




Imprimer