facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Le 4 octobre 1943 libération de la Corse

Le 4 octobre 1943 libération de la Corse

30-09-2015 à 08:59:45

Une opération précipitée…

La libération de la Corse s’est effectuée prématurément, sous la pression des événements. La Corse était occupée par plusieurs divisions de l’armée italienne, comptant environ 80 0000 hommes. La présence allemande était limitée à une dizaine de milliers d’hommes répartis au nord et au sud de l’île. Une opération n’était prévue que beaucoup plus tard, lorsqu’au début du mois de septembre 1943, la nouvelle de la capitulation italienne déclencha l’insurrection de l’île, menée par la résistance locale. Le général Giraud, qui commandait l’armée française en Algérie, réagit : « Il n’est pas possible de laisser la résistance corse, dont l’ardeur et les sentiments sont magnifiques, livrée à elle-même. Elle risque d’être écrasée par les Allemands… Il faut aller en Corse, libérer l’île qui constituera un magnifique tremplin pour les futures opérations de la libération de la France ».

… menée tambour battant !

Mais le commandement français disposait de faibles moyens pour transporter des troupes et du matériel en Corse, à partir de l’Afrique du Nord. Le 13 septembre, le sous-marin Casabianca amène, dans le port d’Ajaccio, l’avant-garde du bataillon de choc, venu d’Alger. Deux autres compagnies arrivent peu après à bord de deux navires de guerre. Puis, c’est une division de l’armée d’Afrique, qui prend pied dans l’île. Ces renforts sont les bienvenus car les Allemands envoient de nombreux renforts à partir de l’île voisine de Sardaigne. Les opérations guerrières se déroulent du 25 septembre au 3 octobre. Deux groupements attaquent la tête de pont de Bastia, d’où les Allemands sont chassés après de durs combats qui les mirent aux prises avec les goumiers* et les tirailleurs marocains.

Le 4 octobres 1943, nos troupes entrent dans Bastia. La campagne est terminée. Elle a coûté aux Français soixante-quinze tués, deux cent trente-neuf blessés et douze disparus. Les Allemands ont perdu près de sept cents hommes et ont trois cent cinquante prisonniers.

La libération du territoire national vient de commencer, et elle a été menée par les seules troupes françaises, aidées par les maquisards et les groupes de la Résistance.

 

* Les goumiers sont des troupes indigènes marocaines qui servaient au sein de l’armée française. Ils étaient particulièrement redoutés des Allemands...

 

 




Imprimer