facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Le nouveau gouvernement français

Le nouveau gouvernement français

23-05-2017 à 18:15:25

Le 15 mai 2017, le lendemain de son investiture en tant que président de la République, Emmanuel Macron a nommé Édouard Philippe comme Premier ministre et l’a chargé de former un gouvernement pour mettre en œuvre son programme.

 

Edouard Philippe, 46 ans, membre du parti Les Républicains (LR), est maire du Havre et député de la Seine-Maritime pour son parti. Surtout, il a été porte-parole d’Alain Juppé lors de la primaire de la Droite et du Centre fin 2016. Pour avoir accepté le poste de Premier ministre d’Emmanuel Macron, il a été vivement critiqué par plusieurs membres du parti Les Républicains. Ceux-ci estiment, en effet, que les idées de la Droite ne sont pas compatibles avec celles du nouveau président.

Le nouveau Premier ministre a dévoilé la composition de son gouvernement le 17 mai 2017. Celui-ci est composé de vingt-deux membres : dix-huit ministres et quatre secrétaires d’État : – 9 ministres sont « sans étiquette », c’est-à-dire issu de la société civile et/ou non élu ;– 5 ministres sont issus du mouvement d’Emmanuel Macron, La République en marche ! (REM) ;– 2 proviennent du Parti socialiste (PS) ;– 2 ministres sont issus du Parti radical de Gauche (PRG) ;– 2 ministres sont issus du Mouvement démocrate (MoDem) ;– 3 ministres (dont le Premier ministre) proviennent du parti LR ;4 ministres ont déjà exercé, par le passé, des fonctions ministérielles : Jean-Yves Le Drian et Annick Girardin (dans le gouvernement précédent), François Bayrou (entre 1993 et 1997) et Bruno Le Maire (entre 2008 et 2012).

Parmi les dénominations des ministres, nous pouvons noter que certaines appellations ont disparu par rapport au précédent gouvernement : ministre « de la Défense », « du Logement », « du Budget », « de la Jeunesse », « des Finances », « de la Ville », « de la Famille », « des Personnes âgées ».

Si certains domaines sont inclus dans les nouvelles appellations, le fait qu’il n’y ait plus de ministère spécifiquement dédié à la famille ou aux personnes âgées peut laisser penser que cela ne constitue pas une priorité pour le président de la République et son Premier ministre. Il y a lieu de le regretter, car la famille est la base de la société qui doit également prendre soin de ses membres les plus âgés.

 

La composition du gouvernement

           Intérieur : Gérard Collomb (issu du PS) ;

           Transition écologique et solidaire : Nicolas Hulot (sans étiquette, écologiste) ;

           Justice : François Bayrou (MoDem), garde des Sceaux ;

           Armées : Sylvie Goulard (REM) ;

           Europe et Affaires étrangères : Jean-Yves Le Drian (issu du PS) ;

           Cohésion des territoires : Richard Ferrand (REM) ;

           Solidarités et Santé : Agnès Buzyn (sans étiquette) ;

           Culture : Françoise Nyssen (sans étiquette) ;

           Économie : Bruno Le Maire (issu du parti LR) ;

           Travail : Muriel Pénicaud (sans étiquette) ;

           Éducation nationale : Jean-Michel Blanquer (sans étiquette) ;

           Agriculture et Alimentation : Jacques Mézard (PRG) ;

           Action et Comptes publics : Gérald Darmanin (issu du parti LR) ;

           Enseignement supérieur, Recherche et Innovation : Frédérique Vidal (sans étiquette) ;

           Outre-mer : Annick Girardin (PRG) ;

           Sports : Laura Flessel (sans étiquette) ;

           Transports : Elisabeth Borne (sans étiquette), ministre auprès du ministre de la Transition écologique ;

           Affaires européennes : Marielle de Sarnez (MoDem), ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères ;

Sont nommés secrétaires d’État :

           Christophe Castaner (REM), chargé des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement ;

Marlène Schiappa (REM), chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes ;

 

Que penser de ce gouvernement ?

 

En nommant des personnalités politiques issues de la Droite, il semble qu’Emmanuel Macron cherche à semer la discorde au sein du parti LR et à le faire « imploser », comme cela s’est passé avec le PS lors de la campagne présidentielle. Ce faisant, il espère disposer d’une majorité de députés acquis à sa cause, ce qui lui permettrait de faire voter les lois qu’il a promis d’appliquer dans son programme de candidat.

Mais au-delà des appellations et des sensibilités politiques, il faudra attendre plusieurs semaines et les premières décisions de ces nouveaux ministres pour se faire une idée de leurs opinions et de la politique qu’ils vont mener : sera-t-elle conforme en tout point au programme d’Emmanuel Macron ou auront-ils un peu de liberté d’action ? Il n’est pas non plus exclu que ce gouvernement évolue après les élections législatives des 11 et 18 juin prochain, en fonction du parti qui aura obtenu la majorité de députés.

 

Actuailes n° 70 – 24 mai 2017




Imprimer