facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Les impacts économiques du terrorisme

Les impacts économiques du terrorisme

23-03-2016 à 22:00:11

         

Dans le domaine de la guerre, on évalue la capacité de nuisance d’un ennemi aux dégâts provoqués par rapport aux moyens mis en œuvre. Selon cette règle, les derniers attentats perpétrés le 22 mars à Bruxelles soulignent bien le caractère particulièrement meurtrier et dévastateur du terrorisme. Tout d’abord parce que d’un point de vue humain, trois personnes ont causé la mort de trente civils, sans parler des centaines de blessés qui sont dans un état grave. À ce compte macabre, s’ajoute l’état de peur dans lequel se trouvent aujourd’hui les Bruxellois, mais aussi les habitants des autres pays occidentaux et notamment les Français pour qui les attentats du mois de novembre 2015 sont encore gravés dans les esprits.

Le rapport économique entre les moyens engagés par les terroristes et les impacts sur l’économie belge est du même ordre, si tant est que l’on puisse faire une comparaison avec un bilan humain. En effet, un média bruxellois[1] a avancé la somme de 30 000 euros comme budget des auteurs des attentats de Bruxelles, somme à peu près équivalente à celle qui a servi à commettre les attentats de Paris. Les dégâts économiques sont quant à eux estimés être 100 000 fois plus élevés. Les médias parlent en effet de 2 à 4 milliards d’euros de coûts pour les économies française et belge à la suite de ces deux séries d’attentats.

Dans le cas bruxellois, Il y a tout d’abord le coût lié aux interventions de secours et de police, mais aussi la restauration des infrastructures touchées : le métro et l’aéroport. Il va également y avoir une baisse de la productivité des entreprises bruxelloises dans les prochains mois en raison des problèmes de mobilité et des mesures de sécurité qui vont être prises et qui vont ralentir les acteurs économiques de la région de Bruxelles. À cela s’ajoute une hausse des dépenses publiques en perspective, pour assurer la sécurité des biens et des personnes dans la capitale belge. Certains secteurs devraient être plus touchés encore, comme l’activité hôtelière et le tourisme en général. Enfin, l’incertitude quant à l’avenir générée par ces attentats n’aura-t-elle pas un impact économique chez les consommateurs et les entreprises ? La consommation et les investissements, ressort essentiel de la croissance, seront certainement touchés au moins à court terme.

 

 

[1] RTL éco, Bruno Wattenbergh.




Imprimer