facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Opération « Dîner en ville »

Opération « Dîner en ville »

09-11-2015 à 22:13:45

Deux pilotes d’avion français, condamnés pour trafic de drogue en République dominicaine (pays situé dans les Caraïbes, à côté d’Haïti, entre les États-Unis et l’Amérique du Sud), ont réussi à s’échapper et à rejoindre la France au cours d’une aventure digne du cinéma : six jours par la route, la mer et les airs.

Pascal Fauret et Bruno Odos ont été condamnés au mois d’août 2015 à vingt ans de prison pour avoir été surpris avec sept cents kilos de drogue dans leur avion en 2013. Voilà pourquoi les journalistes parlent de l’affaire « Air cocaïne ».

Clamant leur innocence, les pilotes ne sont pas mis en prison tout de suite. En attendant un procès en appel (un deuxième procès), ils ont interdiction de sortir du territoire de la République dominicaine et sont sous liberté surveillée. Ils se font par ailleurs confisquer leur passeport. Grâce à leurs familles et à la complicité de deux personnes importantes (Aymeric Chauprade, député européen du Front national, et Christophe Naudin, spécialiste en criminalité), les pilotes établissent un plan pour s’évader. Le nom de code de cette évasion est « Dîner en ville ».

Leurs téléphones sont sur écoute, mais eux-mêmes ne sont pas surveillés en permanence. Ils imaginent plusieurs hypothèses : s’évader en hélicoptère, en avion, en bateau ou en jet ski.

Finalement, pour échapper aux soupçons, ils font croire qu’ils vont organiser un grand dîner et utilisent donc du vocabulaire gastronomique : les invités sont les pilotes, les cuisiniers sont les organisateurs, une équipe appelée « poisson » s’occupe de l’évasion en mer, l’équipe « volaille » est chargée du voyage en avion.

La nuit du 17 au 18 octobre, les pilotes quittent leur hôtel en voiture avec Aymeric Chauprade qui connaît bien l’île. Aux alentours de 6 heures du matin, ils embarquent dans un bateau et naviguent jusqu’au voilier de Christophe Naudin qui se trouve au large. Après avoir accueilli les pilotes à son bord, celui-ci envoie le message : « Les crustacés sont dans la nasse ». Ils naviguent ensuite pendant cinq jours jusqu’à l’île de Saint-Martin, située à l’est de Saint-Domingue. Pendant ce temps, des amis des pilotes retournent à l’hôtel et se font passer pour les fuyards afin de gagner du temps.

Enfin, le 23 octobre, les deux pilotes s’envolent avec leur vraie carte d’identité pour la Martinique, puis pour la métropole le lendemain.

La mission est réussie : ils ne voulaient pas être jugés par la justice d’un autre pays que la France car n’avaient pas confiance en la République dominicaine et redoutaient d’y être coincés pendant de très longues années. Les juges français devront donc trancher sur leur culpabilité dans ce trafic de drogue.

Ils ont depuis été entendus par la justice française puis emprisonnés. Deux autres Français, condamnés pour le même motif, sont toujours en République dominicaine et attendent leur procès en appel.

 




Imprimer