facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
The Glass Castle

The Glass Castle

17-04-2018 à 23:11:25

Un film intelligent croisant deux thèmes : la filiation et le non-conformisme. À partir de 14 ans.

 

Jeannette Walls est parfaite : belle, soignée, talentueuse, elle est sur le point de se marier avec un jeune homme issu de la meilleure société. Mais Jeannette porte un très lourd secret : elle cache une famille hors-normes et envahissante. L’histoire est contée en flash-backs, les parents de notre héroïne sont des sortes de hippies, des personnalités bohêmes en rébellion permanente contre la société consumériste et élitiste américaine.

Le scénario est peut-être un peu simple, il n’y a pas vraiment de rebondissements, mais le jeu des acteurs apportent une réelle tension psychologique au récit. La britannique Naomie Watts y incarne une mère vieillissante et fragile, mais fidèle à sa promesse d’aimer son mari jusqu’au bout. Woody Harrelson, ce Texan capable de jouer tous les registres (Hungers Games, Actuailes n° 16), interprète à la perfection ce père excessif et alcoolique. Brie Larson (Jeannette) y est à son tour beaucoup plus crédible que dans son précédent film, l’assez médiocre Kong : Skull Island.

Le film de l’américain D. D. Cretton montre combien il est difficile de se construire avec une mère pratiquement irresponsable et un père dont les principes libertaires tournent à l’obsession ! Jeannette et sa fratrie ont eu une enfance « extraordinaire » : volontairement privés d’un certain confort matériel, vivant des aventures extrêmes, persuadés que les promesses de leur père se réaliseront, comme celle de construire un jour un château de verre. Mais en grandissant les enfants réalisent, douloureusement et à leurs dépens, que la folie semble s’être emparée de leurs géniteurs. Jeannette est l’aînée, c’est sur elle que chacun fait porter la responsabilité de maintenir le fragile équilibre familial. Le film, adapté de l’autobiographie de Jeannette Walls, retrace sa vie, son discernement : de l’amour inconditionnel au pardon.

 

Catherine Bertrand

 

Actuailes n° 84 – 18 avril 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




Imprimer