facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
 The Man from U.N.C.L.E

The Man from U.N.C.L.E

02-12-2015 à 23:09:05

En 1963 à Berlin, en pleine guerre froide un agent de la CIA, séducteur et voleur (Henry Cavill, Man of Steel), doit coopérer avec un agent du KGB, loyal mais susceptible (Armie Hammer, Miror Miror ou The Lone Ranger, Actuailes n° 6 et 11) pour retrouver un scientifique allemand enlevé par une organisation criminelle nazie. Ce savant a une fille, charmante mais coincée en RDA, que nos deux agents vont utiliser pour arriver à leur fin. Tirée d’une série américaine des années 1960, le réalisateur britannique Guy Ritchie, connu pour son cynisme et la violence de ses premiers films, nous offre là une parodie presque bon enfant du film d’espionnage. Sorti en salle en septembre dernier et très prochainement en dvd, c’est construit comme  Mission Impossible : des flashbacks rapides permettent de d’expliciter l’action et des « split screen » (l’écran est divisé en plusieurs images) donnent avec la musique du rythme à l’intrigue. L’esprit de James Bond plane : la nonchalance très étudiée de l’agent américain Napoleon Solo est plus digne d’un sujet de sa Majesté et, avec la  reconstitution impeccable des décors ou des costumes, tout nous ramène immanquablement à Sean Connery ou à Roger Moore, bien connus pour avoir marqué de leur flegme et de leur humour le rôle des premiers 007, contrairement à la brute épaisse et blonde qui sévit dernièrement...

Plus subtil, moins grasseyant, que les OSS 117 avec Dujardin, moins réussi toutefois que l’excellente parodie The Secret Service, Kingsman (avec Colin Firth, 2015, que ne regarderont que les plus grands) Guy Ritchie raconte aussi l’histoire d’une amitié d’hommes loyaux et sincères le tout ponctué de gags et d’humour décalé qui en font un film inattendu, frais et presque reposant, loin des grosses productions et de leur promotion massives... à coup de sabres lasers !

 

P.S. : le footballer David Beckham figure au générique : le reconnaîtrez-vous ?




Imprimer