facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Une étrange chute de cheval…

Une étrange chute de cheval…

26-01-2016 à 18:54:40

Il y a une chute de cheval qui a marqué l’histoire de l’humanité : celle de saint Paul. On dit souvent qu’il est tombé de cheval, sur la route menant de Jérusalem à Damas. En fait, l’Écriture ne parle pas d’équidé, mais elle parle bien du chemin de Damas. Il est vrai qu’on a du mal à imaginer Paul – à l’époque son prénom était Saul – faisant route à pied avec la bande de soldats qui l’accompagne. Pourquoi une bande armée avec Saul ? Car Saul ne se rend pas à Damas pour faire des emplettes au souk, mais pour découvrir, arrêter et faire juger « ceux qui suivent la Voie », c’est-à-dire les chrétiens. Il a reçu pour cela des documents officiels de la part du grand-prêtre à Jérusalem, l’équivalent d’un « mandat d’arrêt ». Oui, Saul en marchant (ou galopant…) vers Damas est un homme en colère, en colère contre les chrétiens.
La suite, c’est la chute. Une grande lumière. Une voix : « Saul, pourquoi me persécutes-tu ? » Saul, terrifié : « Qui es-tu, Seigneur ? » « Je suis Jésus que tu persécutes ! » Cette scène extraordinaire, qui va changer la face du monde, est racontée en détail au chapitre 9 des Actes des Apôtres. Je t’y renvoie.
Pourquoi parler de cette chute de cheval, qui, en fait, n’a pas eu lieu, au sens où Paul n’est pas tombé de son cheval, mais bien de son mètre soixante (approximatif : personne ne connaît la taille de Paul, et ça n’a aucun intérêt pour l’histoire) ?
1° parce que le 25 janvier nous fêtions la « conversion de saint Paul », avec son retentissement extraordinaire pour le monde entier. En effet, Saul deviendra Paul, l’apôtre des gentils (de « gens », en latin, qui signifie « nation »), c’est-à-dire de tous les peuples qui ne sont pas juifs. C’est grâce à lui (entre autres) que nous autres, Gaulois, avons connu l’Évangile !
2° parce que cette chute eut lieu près de Damas, en Syrie, pays martyr. Bientôt cinq ans qu’a éclaté là-bas une horrible guerre, qui ne veut pas cesser ! Prions pour que la paix revienne dans ce pays où a retenti, très peu de temps après la résurrection de Jésus, la proclamation de « l’Évangile de la paix » (Éphésiens 6, 5).
3° parce que l’exemple de Paul nous montre le mystère de l’élection divine, du choix de Dieu. Un persécuteur de chrétiens devenu le plus ardent prédicateur de l’Évangile, ça ne te dit rien ? Moi, je pense aussitôt aux djihadistes, qui persécutent aujourd’hui les chrétiens. Et je prie pour que Dieu convertisse aujourd’hui un « nouveau Saul » et fasse d’un fou d’Allah un amoureux de Jésus.




Imprimer