Logo
Une idée importée

Une idée importée

29-11-2016 à 23:21:55

Succès populaire avec plus de 4 millions de votants au premier tour, les primaires sont pourtant un événement récent dans la vie politique française, initié par la Gauche lors de la désignation du candidat pour l’élection présidentielle de 2012.

 

On distingue deux types de primaires : les primaires dites fermées, réservées aux adhérents des partis organisateurs, et les primaires ouvertes, où tous les citoyens inscrits sur les listes électorales peuvent voter.

Si la désignation du candidat représentant un parti à la suite d’un vote est une chose nouvelle en France, elle est un processus très courant dans de nombreux pays à travers le monde. Ainsi, l’année 2016 a été marquée par les primaires aux États-Unis, les Républicains ayant désigné Donald Trump et les Démocrates, Hillary Clinton. Le recours à des élections primaires s’est imposé aux États-Unis au cours du XXe siècle ; elles sont plus ou moins ouvertes selon les États. D’autres pays, comme l’Italie, le Canada, ont aussi recours à ce mode désignation.

Les primaires ne concernent pas uniquement les élections présidentielles et peuvent avoir lieu pour tous les niveaux électoraux (désignation d’un candidat pour des élections municipales, législatives, etc.).

La volonté d’organiser des primaires résulte d’un souhait d’avoir des électeurs plus directement associés aux prises de décision et de sortir des logiques d’appareils politiques. Cela n’allait pas de soi initialement, car le rôle des partis est précisément d’organiser la vie politique en France. En outre, le problème du secret des opinions politiques se pose. En effet, les électeurs, après avoir voté, signent les registres électoraux*. Le risque est de pouvoir deviner la sensibilité politique d’un citoyen en regardant la liste des signataires.

Cependant, devant le succès des élections et l’intérêt des électeurs, les principaux leaders politiques semblent s’être ralliés à ce principe. À tel point que des personnalités issues de la société civile (des « non-professionnels » de la politique) veulent organiser une primaire citoyenne afin de désigner un candidat à l’élection présidentielle. Par exemple, La Primaire des Français (qui rassemble différents partis et mouvements dirigés, entre autres, par Corine Lepage ou Jean-Marie Cavada) veut présenter à l’élection présidentielle des candidats n’ayant jamais été condamnés, ayant travaillé cinq ans en entreprise et n’ayant pas exercé plus de douze ans de mandats électoraux.

Ce mouvement est encore à l’état de projet.

 

 

François Terrier

 

 

Actuailes n° 60 – 30 novembre 2016

 




Imprimer