Logo
Une révolution politique, culturelle et sociale

Une révolution politique, culturelle et sociale

16-05-2018 à 06:38:12

Il y a cinquante ans, principalement au cours des mois de mai et juin, se déroulent en France de nombreuses manifestations étudiantes et ouvrières, ainsi que des grèves générales. Le pays connaît à ce moment-là un climat d’instabilité et de violence.

Dès janvier, les premières voix étudiantes s’élèvent contre l’autorité, le pouvoir en place et les valeurs traditionnelles à travers leur porte-parole, Daniel Cohn-Bendit, un militant anarchiste1.

En mars, le campus de Nanterre est occupé, puis le mouvement étudiant prend de l’ampleur et s’étend à toutes les universités parisiennes, soutenu par l’élite et les intellectuels de gauche (tels Jean-Paul Sartre2 ou Simone de Beauvoir3). C’est alors au tour des syndicats et des ouvriers de se joindre à eux et de revendiquer des augmentations salariales et de meilleures conditions de travail. La France est paralysée.

Mais, contrairement à ce qui est dit à l’époque et à ce que l’on entend aujourd’hui, la majeure partie des Français ne soutient pas les contestataires et, le 30 mai, à la suite du discours du général de Gaulle qui annonce son maintien à la tête de l’État et la dissolution de l’Assemblée nationale, une foule immense se rassemble sur les Champs-Élysées pour lui apporter son soutien, ce qui lui permet de gagner les élections législatives anticipées de juin.

Alors, pourquoi tant parler de ce qui semble n’avoir été qu’un feu de paille ?

Les événements de mai 68 ont eu une incidence profonde sur les mentalités de l’époque et sont apparus comme une rupture fondamentale dans l’histoire de la société française. Tous les domaines sont touchés par la pensée anarchiste et relativiste4 à la  source de cette révolution : politique, culture, religion…

Ainsi l’individu, la réalisation personnelle, vont primer au détriment du bien commun. L’homme ne doit plus se soumettre à une autorité, mais est sa propre autorité.

Cette pensée perverse colportée par les idées de mai 68 donne un nouvel élan aux mouvements féministes et à leurs revendications comme le droit à l’avortement. Autre exemple, dans le milieu scolaire, l’enfant ne doit plus être là pour recevoir l’enseignement du maître ; il participe à son propre apprentissage.

Le monde catholique lui non plus n’est pas épargné par le bouleversement engendré par mai 68 contre l’autorité et la morale. L’Église va connaître une crise sans précédent au cours de laquelle elle voit le nombre de ses fidèles et de ses prêtres diminuer considérablement.

Comprendre les idées qui ont donné naissance à cette contestation permet de comprendre la France d’aujourd’hui.

1. Anarchiste : qui rejette toute autorité.2. Écrivain et philosophe français (1905-1980)3. Écrivain et philosophe (1908-1986), compagne de Sartre.4. Relativiste : qui considère qu’il n’y a pas de vérité absolue.

Clio

 Actuailes n° 85 – 16 mai 2018

 

 

 




Imprimer