facebook logo Twitter logo

facebook logo Twitter logo

Logo Header
Télécharger dernier numéro
Zika : il est urgent de… chercher !

Zika : il est urgent de… chercher !

09-02-2016 à 21:32:42

Il s’agit, pour cet organisme qui dépend de l’ONU, de favoriser la recherche et le travail en commun pour lutter contre ce fameux virus. Pourquoi ? Ce virus, de la famille des « arbovirus » comme ceux qui provoquent la dengue et le chikungunya, a été découvert chez l’homme en 1952 pour la première fois. Il est transmis par certains moustiques, qui, en piquant une personne infectée puis une personne saine, transmettent à cette dernière le virus qu’ils ont transporté en eux : ils sont « vecteurs » de l’infection. Il y a peut-être d’autres formes de transmission, on suppose qu’il peut – rarement – se transmettre par voie sexuelle, mais ce n’est pas démontré. La maladie dure environ une semaine, et dans la grande majorité des cas elle est bénigne : une éruption (des boutons), de la fièvre, une conjonctivite (inflammation des yeux) et des douleurs articulaires. 75 % des personnes infectées n’auront même aucun symptôme.
Il y a déjà eu plusieurs épidémies dues à Zika en 2007, 2013 et 2015, en Polynésie et au Brésil. Pourquoi une telle agitation aujour-d’hui ? Il y a plusieurs raisons : tout d’abord, cette épidémie dans le Pacifique, dans certains pays d’Afrique et en Amérique du Sud est de grande ampleur et les pays occidentaux craignent que les moustiques puissent répandre la maladie jusque chez eux, le réchauffement des températures les amenant en dehors de leur territoire habituel. Ensuite, on a constaté, dans certains pays, des symptômes inquiétants : chez des adultes, des syndromes de Guillain-Barré, une paralysie des nerfs et donc des muscles (qui sont commandés par les nerfs) pouvant atteindre ceux de la respiration et provoquer la mort dans certains cas. Ce syndrome peut être provoqué par Zika, mais aussi par la grippe ou d’autres virus. Il faut donc savoir s’il est plus fréquemment dû à ce fameux virus Zika. On a aussi observé, dans certains pays, davantage de malformations du cerveau ou de cerveaux trop petits (micro-céphalie) chez des bébés nés en période d’épi-démie. Il est possible qu’il y ait un lien entre le fait d’attraper le virus quand on est enceinte et l’atteinte du bébé. Cependant, cela n’est pas encore prouvé et d’autres recherches sont en cours pour expliquer ces malformations.
Ces informations inquiétantes justifient donc le principe de précaution : si l’on a des soupçons, il vaut mieux être prudent avant d’avoir des certitudes. Il est donc déconseillé aux femmes enceintes de voyager dans les pays où a lieu l’épidémie, il est urgent de compléter nos connaissances en finançant des recherches, et d’essayer d’arrêter l’épidémie en se protégeant contre les moustiques, en répandant des insecticides dans les zones humides concernées et en limitant les voyages. Mais il est fou de parler de légaliser l’avortement dans les pays où circule Zika, comme le prône l’ONU, ou d’en faire le nouvel ennemi n° 1 mondial, alors que la recherche en est à ses débuts.




Imprimer